La CGEM a cherché, depuis des années, à anticiper l’intégration du facteur climatique dans la chaîne de valeur des entreprises : le secteur privé a été associé depuis 1994 aux négociations climatiques et à la mise en œuvre de leurs décisions.

La CGEM a été très active en 2001, lors de la COP7 à Marrakech. Elle l’était encore plus lors de la COP 21 à Paris où elle a signé une déclaration confirmant sa volonté de s’inscrire dans une nouvelle économie verte à bas carbone et résiliante au Changement Climatique. Cette volonté a été traduite par des actions concrètes et un programme ambitieux lors de la COP22 pour préparer l’entreprise à une prise de conscience de l’importance des enjeux climatiques et des opportunités qu’ils représentent.

Lors de la COP23 sur le climat, tenue à Bonn en Allemagne, la CGEM a poursuivi son engagement à soutenir le secteur privé dans l’intégration de cette nouvelle dynamique climat, en participant activement aux négociations sur le Climat, en tant qu’organisation observatrice par la Convention cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, et en organisation la 3ème édition du sommet des patronats, couronnée par la Déclaration de Fidji.

Dans le contexte actuel, la lutte contre le Changement Climatique est clairement une opportunité pour le secteur privé marocain pour créer de la croissance et de nouveaux emplois.

La CGEM s’engage à soutenir le secteur privé pour lutter contre le Changement Climatique et accéder à la nouvelle économie.

La CGEM ambitionne aussi de promouvoir les solutions apportées par les entreprises pour partager un objectif de croissance et de responsabilité face au Changement Climatique.

Dans ce cadre, la CGEM a élaboré un programme ambitieux pour préparer l’entreprise à une prise de conscience de l’importance des enjeux climatiques et des opportunités qu’ils représentent.