Dans l’axe développement de l’IECM, les activités menées ont concerné deux aspects :

  • le lancement d’une étude visant à caractériser la position et les enjeux des entreprises marocaines face aux risques/opportunités climat
  • l’organisation d’une participation structurée, forte et durable de la CGEM aux négociations internationales sur le Changement Climatique
Etude sur les Entreprises face au Changement Climatique au Maroc

En 2017, la CGEM a lancé un appel à manifestation d’intérêt par lequel elle a invité les bureaux d’études à soumissionner pour la réalisation d’une étude transversale intitulée : « secteur privé marocain face aux défis /opportunités liés au Changement Climatique(CC) ». Cette étude cherche à donner une vision globale de la situation actuelle des entreprises du Maroc face au CC considérant en particulier les engagements pris par le Maroc, dans sa CDN (Accord de Paris) d’ici à 2030 et leur retombées directes /indirectes possibles sur l’économie Marocaine et le secteur privé.

Cette étude devrait donner des éléments de réponse aux questions suivantes reparties en 2 missions :

Mission 1

  • Quels sont les secteurs économiques et entreprises les plus concernés par les risques/opportunités CC au Maroc ? Ceci concerne tant les besoins en atténuation des émissions en GES qu’en renforcement de la résilience et adaptation.

Ce qui est attendu, sur ce thème, est une première hiérarchisation de la dépendance Climat des entreprises Marocaines (par secteur et par taille). Ainsi l’effort de lutte contre le CC à consentir pourra être focalisé sur ces acteurs.

Mission 2

  • Quelles sont les retombées, directes et indirectes, possibles pour les entreprises marocaines liées à la mise en œuvre de la CDN du Maroc 2010-2030 (Accord de Paris) ?

Considérant les engagements et les portefeuilles de projets d’atténuation et d’adaptation prévus dans la CDN, il s’agit ici de mettre en exergue les secteurs et entreprises qui seront sollicités et avec quelles conséquences économiques, financières et sociales, ainsi que l’identification des opportunités qui pourraient se présenter.

La réalisation de cette étude a été menée durant le second semestre 2017 par le bureau CID avec l’appui des différentes fédérations et groupements d’entreprises nationales. Les résultats définitifs de cette étude, attendus par les différents acteurs, seront présentés lors d’un atelier qui sera programmé par la CGEM début Mars 2018

Organisation et Renforcement de la participation du secteur privé du Maroc aux négociations Climat

L’un des objectifs visés par l’IECM est de permettre au secteur privé d’être un acteur actif au niveau des négociations climat. Cela devrait se faire dans le cadre d’une concertation permanente avec le gouvernement sur les positions et engagements du pays dans ce domaine et d’une participation permanente et active de la CGEM au niveau des différentes réunions et Conférences des Parties (COP). Ce qui est recherché est une anticipation par le secteur privé des décisions pouvant résulter de ces négociations pour profiter au mieux des meilleures et subir le moins les pires.

Comité Négociateurs CC de la CGEM

C’est pour réussir ce défi qu’un Comité Négociateurs CC de la CGEM a été constitué en 2017 sous la présidence du VPG CGEM. Ce comité a été formé sur les négociations climat et a participé à la Session des Organes Subsidiaires de la CCNUCC en mai à Bonn puis à la COP23.

Participation de la CGEM à la Session des Organes Subsidiaires de la CCNUCC, Bonn Mai 2017

Lors de cette session la CGEM a en particulier participé à :

– L’Animation d’un side Event, organisé le 15 mai par le BIZMEF (Major Economies Business Forum on Climate Change and Energy), sur le rôle du secteur privé dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris. La CGEM y a présenté sa stratégie climat (IECM) et son agenda pour 2017/2018 ;

– L’Animation d’un groupe de réflexion, le 16 mai 2017, sur le thème ‘Économies Résilientes‘. Ceci a été fait dans le cadre du séminaire organisé sur l’adaptation et les ODD par le groupe d’expert adaptation les 16/17 mai 2017 ; La CGEM a aussi annoncé, lors de ces sessions, l’organisation du Forum ‘Entreprises Climat Maroc’ le 6 juillet à Casablanca et la tenue de la première réunion du réseau de Patronats MBA4 Climate autour de l’Accord de Paris et de la COP23 en marge de ce Forum.

Participation de la CGEM à la COP23

Une forte délégation du secteur privé conduite par Mme Miriam Bensalah Chaqroun, Présidente de la CGEM, était présente à Bonn, la semaine du 13 au 17 Novembre 2017, pour participer aux travaux de la COP23.

Mme Bensalah Chaqroun a tenu plusieurs séances de travail, notamment avec Mme Patricia Espinosa, Secrétaire Exécutive de la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), M. Hartwig Schafer vice-président de la Banque mondiale, M. Inia Seruiratu, Champion de Haut Niveau pour le Climat des Iles de Fidji ainsi que d’autres responsables de hauts niveaux d’institutions internationales. L’objectif visé était de :

  • Mettre en exergue et partager la stratégie du secteur privé Marocain dans le domaine du Changement Climatique(CC) et son initiative (IECM) visant à permettre aux entreprises d’intégrer au mieux la nouvelle économie à bas carbone et résilience au CC
  • Montrer les premiers résultats obtenus par le réseau de patronats créé à Marrakech lors de la COP22 : le Marrakech Business Action for Climate (MBA4Climate) et présidé depuis lors par la CGEM. Ce réseau qui cherche à ce que le secteur privé soit associé de façon forte et structurelle aux négociations climat.

La CGEM a aussi partagé son expérience et sa vision climat lors de plusieurs sides events, notamment ceux organisés par l’UPM sur la finance Climat, le 14 Novembre et par l’UE sur l’implication du secteur privé dans l’action climatique le 16 novembre.

Sommet des Patronats

Lors de la COP23 la CGEM a organisé, avec l’appui des Iles Fidji, la 3ème édition du Sommet des Patronats, le mardi 14 Novembre 2017, au Pavillon Maroc. Cet évènement d’envergure a permis de confirmer l’engagement du secteur privé mondial dans la lutte contre le changement climatique à travers la mise en œuvre de l’Accord de Paris. A cette occasion, une déclaration conjointe : la Déclaration de Fidji, a été adoptée par une cinquantaine d’organisations patronales de pays développés et en développement, membres du MBA4Climate. Dans cette déclaration le secteur privé :

  • reconnait la nécessité impérieuse de répondre de manière efficace aux risques du Changement Climatique ;réaffirme sa détermination à réussir la transition économique et sociétale qui s’impose vers une nouvelle économie à bas carbone, tout en créant de nouveaux emplois et en faisant progresser la prospérité économique commune ;
  • souhaiterait avoir plus de soutien gouvernemental pour lui permettre de réussir rapidement cette étape décisive en particulier à travers le développement d’un Partenariat Public Privé structurel ;
  • souligne son engagement à participer pour compléter le Programme de travail de Paris en 2018 ;
  • est, également, prêt et souhaite prendre part activement au dialogue de facilitation de 2018 ;
  • approuve les efforts et réalisations du Partenariat pour l’Action climatique globale, lancé à Marrakech, afin d’accélérer l’action climatique. Il soutient ce Partenariat ;
  • insiste sur l’importance de soutiens forts en matière de finances, de technologies et de renforcement des capacités pour permettre aux acteurs économiques, en particulier dans les pays en développement ,à participer à cet effort global pour répondre au changement climatique.
  • privé souhaite la mise en place de partenariats publics/Privés nationaux structurés, solides et durables autour des Contribution Déterminées au niveau National pour réussir leur concrétisation.
  • souhaite l’adoption de mesures incitatives et coopératives qui motivent et encouragent des solutions basées sur le marché, dans la mise en Œuvre de l’Accord de Paris